L’Art sacré 2 – Lettre d’information N°8

.

L’Art sacré 2

Lettre d’information N°8

Septembre 2020

Journées d’études 2020

Prévues du 17 au 19 juillet derniers, les journées d’études au sanctuaire de Béhuard, près d’Angers, ont dû être annulées comme nombre de manifestations estivales. Nous devrions pouvoir programmer à nouveau cette rencontre l’an prochain à une date qui reste encore à fixer en collaboration avec l’abbé Bertrand Chevalier, recteur du sanctuaire.

Abbaye de Fontcaude (Hérault)

La restauration du patrimoine religieux est l’un des objectifs auquel l’Art sacré 2 attache une importante essentielle. Au hasard des pérégrinations de l’été, ne pas hésiter à visiter l’abbaye de Fontcaude, blottie dans un petit vallon où serpente une ancienne voie romaine empruntée au cours des siècles par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Du monastère construit en 1154 pour des chanoines prémontrés, seuls subsistent, avec quelques vestiges, le chœur et le transept de l’église dédiée à la Vierge et à Saint Laurent. Démantelée à la Révolution et transformée en exploitation agricole, l’abbaye connaît une résurrection depuis 1969, date à laquelle une partie des ruines est rachetée par l’association des Amis de Fontcaude. Si les anciens bâtiments conventuels ont pu être consolidés pour y aménager un admirable musée lapidaire, l’église a retrouvé toute sa splendeur romane avec un mobilier liturgique parfaitement adapté. Dans l’église, on pourra ainsi admirer une belle Pietà de la fin du XIVe siècle, provenant de l’abbaye de Fontfroide. Aujourd’hui classé au titre des monuments historiques (1975), l’association offre des concerts et des sessions de chant grégorien organisés par l’ensemble Occitania sacra. Chaque année, la fête de saint Jacques (20 juillet) est solennisée en présence d’une foule nombreuse. [Pour d’autres renseignements, merci d’adresser un mail à abbaye-fontcaude@orange.fr]

Quatrième salon d’art sacré contemporain

Le prochain salon d’art sacré contemporain ouvrira ses portes à Saint-Germain l’Auxerrois du 13 au 25 octobre prochains. Malgré les difficultés liées aux circonstances particulières de cette année, nombreux sont les artistes à avoir adressé leur candidature. La surface d’exposition n’étant pas extensible, notre sélection s’est révélée être assez difficile à mener. Nous avons dû limiter nos choix à une vingtaine d’artistes, malgré la qualité d’autres dossiers présentés.

Ont donc été retenus :

  •  Gilles Alferra, déjà exposé l’an passé qui présentera une œuvre inspirée de la Nativité,
  • Anne-Marie Bavoux, dont les toiles, dans des dégradés chromatiques, offrent des compositions à peine esquissées,
  •  Agnès Baudon, avec une création en verre et bois,
  •  Françoise Bissara-Fréreau, déjà exposée, avec la présentation d’une nouvelle œuvre Dans les jardins,
  • Romulo Caceres-Moreano, qui présentera l’esquisse d’un grand projet représentant le Christ et ses apôtres,
  •  Christine Chelini, avec une nouvelle composition à l’acrylique La Transfiguration,
  •  Sergei Chepik avec deux œuvres évoquant le Golgotha,
  • Catherine Court-Payen, avec deux scènes du chemin de croix réalisé pour l’église Saint-Paul Saint-Louis à Paris,
  •  Betsy Damez, avec une toile évoquant le quatrième jour de la création,
  •  Patrick Derbain présentera un calice en grès émaillé,
  •  Raymond Dumoux
  •  Alain Guillon, avec une toile peinte en hommage à sainte Geneviève, patronne de Paris,
  •  Patricia Kinard, avec une composition en gouttes d’or,
  •  Priscilla Legoux, avec une œuvre intitulée l’Ange du Seigneur,
  •  Claudio Locatelli, avec deux œuvres en terre,
  •  Pierre Lussier, de Québec, qui présentera saint Joseph et l’Enfant-Jésus,
  •  Christian Martres, avec une sainte Famille,
  •  Sabaneeva, dont le travail est illustré par un ange en terre vernissée,
  •  Thomas Waroquier, qui permettra de découvrir une création en bronze (lion de saint Marc).

Cette année, après le peintre Yin Xin qui a connu un très vif succès l’an passé, l’association a souhaité retenir David Pons comme invité d’honneur. A Jérusalem, la basilique du Saint-Sépulcre connaît une véritable métamorphose depuis quelques années. L’édifice, en effet, fait l’objet d’importantes restaurations et d’embellissements afin de donner au monument sa plus belle apparence pour la célébration du deuxième millénaire de la résurrection. Ainsi, les peintures à l’huile ornant les voûtes de la chapelle (grecque-orthodoxe) de la Crucifixion, les mosaïques de la chapelle latine de la Mise-en-Croix ( par les ateliers du Mosaïc Center de Jéricho), la chapelle syriaque de Sainte-Hélène, la chapelle grecque-orthodoxe de la Prison du Christ viennent de retrouver tout leur lustre. La Custodie de Terre sainte ne souhaitait pas rester extérieure à ces heureux résultats. Depuis plusieurs années, elle nourrit un projet d’ampleur visant à la complète remise en état de la chapelle franciscaine de l’Apparition de Jésus à sa Mère. Le don, en 2016, d’une exceptionnelle œuvre d’art, un grand Christ toscan du XVIe siècle, ayant conduit à cette réflexion.

Cette chapelle et le petit couvent franciscain qui l’abrite sont aménagés à l’emplacement de l’ancien palais byzantin, jouxtant la basilique constantinienne. De puissants murs, élevés au VIe siècle, en délimitent toujours les espaces.

Le projet sélectionné est celui porté par David Pons, connu pour la transversalité de ses compétences, exprimées à travers la diversité de ses réalisations dont le salon a eu l’occasion par le passé de rendre compte. Celles-ci se développent à la fois dans le domaine de l’architecture (Lourdes, nonciature apostolique à Paris…), dans celui de la peinture (Conseil pontifical de la Culture…) ou encore dans le champ de l’orfèvrerie, comme en témoigne notamment le reliquaire de saint Amadour, réalisé en 2016, pour la basilique de Rocamadour. En souhaitant s’affranchir des malheureuses modifications architectoniques apportées au cours des âges aux murs est et ouest, l’artiste a retrouvé la configuration initiale de cet espace, dont le tracé régulateur est celui du nombre d’or. Cette reconnaissance, jusqu’ici passée inaperçue, a donc commandé à l’élaboration générale de l’étude présentée, pour retrouver non seulement la noblesse initiale de l’ossature de l’édifice mais présider également à la conception de l’ensemble du mobilier liturgique. De la sorte, une parfaite adéquation avec les volumes retrouvés et la beauté restituée de l’édifice sera exprimée, tout en développant une iconographie non seulement accessible aux pèlerins mais aussi aux fidèles des autres confessions qui, plusieurs fois par jour, viennent encenser la colonne de la flagellation vénérée dans une niche à l’entrée de la chapelle. Autel, ambon, tabernacle, luminaire, siège de présidence auront à s’harmoniser également à ce contexte. Quant au sol, sera rétabli dans son intégralité le tapis en mosaïque cosmatesque du XIIe siècle, mêlant le rosso antico  et le marbre cipolin, élément décoratif amputé à différentes époques et à présent partiellement recouvert par l’emmarchement du chœur.

Seront présentées pour la premières fois les maquettes réalisées pour la présentation et la réalisation du projet ainsi que les différentes études préparatoires conçues par David Pons.

Concert de la Maîtrise de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Le samedi 17 octobre à 20 h 30, le chœur d’adultes de la Maîtrise de la cathédrale donnera un concert de musique sacrée et interprétera différentes pièces anciennes et contemporaines. Sous la direction de Henri Chalet. Yves Castagnet à l’orgue de chœur.

(Entrée libre – une participation sera demandée à la sortie)

  •  Johan Sebastian Bach : Fantaisie et fugue en do mineur BWV 537
  •  Jehan Alain (1911-1940) : Chanson à bouche fermée
  •  Claudio Monteverdi : Adoramus Te
  •  Yves Castagnet (*1964) : Ô Notre Dame du soir
  •  Maurice Duruflé : quatre motets (alternés avec improvisation à l’orgue)
  •  Jean-Charles Gandrille (*1982) : Stabat Mater
  •  Antonio Lotti (1667-1740) : Crucifixus
  •  Lise Borel (*1993) : Regina Caeli
  •  Hans Johan Leo Hassler (1564-1612) : Messe à double chœur
  •  Johan Sebastian Bach : Suscepit Israël
  •  Johan Sebastian Bach : Der Gerechte

Messe des artistes

La traditionnelle messe des artistes sera célébrée par le président de l’association, Mgr Jean-Louis Bruguès, évêque émérite d’Angers et ancien Archiviste et Bibliothécaire de la Sainte Eglise romaine, le dimanche 18 octobre à 11 heures 30.


Bon de soutien

Ouvrant droit aux réductions d’impôt prévues aux articles 200, 0238 bis et 885-0VbisA
du Code général des impôts.
À retourner à L’Association Art sacré 2 : 35 avenue de Breteuil – 75007 Paris

A télécharger au format Pdf:


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.