Des dominicains au secours de L’Art sacré

Le Père Guillaume Soury-Lavergne devant l’abbaye de Marcilhac-sur-Celé en août 2015.Le Père Guillaume Soury-Lavergne devant l’abbaye de Marcilhac-sur-Celé en août 2015 / Remy Gabalda/AFP 

Au mitan du XXe siècle, L’Art sacré, la revue dominicaine animée par les P. Couturiers et Régamey, fit souffler sur les relations de l’Église avec les artistes un grand vent de modernité. L’église du plateau d’Assy et celle d’Audincourt, dessinées par Maurice Novarina et décorées par Fernand Léger et bien d’autres artistes, la chapelle de Vence ornée par Matisse, en portent l’éclatant témoignage.

L’aventure s’arrêta au lendemain du concile Vatican II, après plus de trois décennies d’engagements et de vifs débats avec les communautés chrétiennes parfois déboussolées par les propositions novatrices des artistes.

De 1978 à 2007, de nouvelles Chroniques d’art sacré, animées par le Comité national d’art sacré au sein du Centre national de la pastorale liturgique ont pris le relais, soutenant notamment les commandes d’œuvres contemporaines dans les églises de France. Puis, ces chroniques se sont muées en une revue en ligne narthex.fr regroupant des articles d’actualité et des blogs sur l’art sacré, au sein du portail liturgique du Service nationale de la pastorale liturgique et sacramentelle.

Une nouvelle étape

Aujourd’hui, des dominicains souhaitent apporter une nouvelle pierre à cet édifice. Mgr Jean-Louis Bruguès, dominicain, bibliothécaire et archiviste du Vatican, a annoncé le 14 mars à Paris la création d’une association « L’Art sacré 2 » pour « mieux sensibiliser le public à la valeur artistique et symbolique de l’art sacré sous ses deux formes contemporaine et patrimoniale ». Ses actions pourront prendre la forme « de conférences, de publications, de concerts, d’enseignements, de visites etc. »

Le contexte a en effet radicalement changé en quelques décennies. « Aujourd’hui, on assiste à un effondrement de la culture chrétienne qui n’est plus comprise. Or cette culture permet précisément de faire le lien entre le religieux et la société. Il est donc essentiel de la valoriser », souligne Le P. Laurent Lemoine, vice-président de l’association, promoteur provincial du VIIIe centenaire de l’Ordre des Prêcheurs en 2015.

« Le sort, par exemple, d’un grand nombre d’églises en France est très compromis, mais l’on observe que dès que l’on arrive à sensibiliser les populations et les élus à la qualité de ce patrimoine, souvent il peut être sauvé », renchérit Jacques Charles-Gaffiot, secrétaire général de l’association.

En lien La Sauvegarde de l’Art français, qui a hébergé sa première conférence de presse, « L’Art sacré 2 » entend ainsi se mobiliser pour la sauvegarde des édifices et monuments religieux. Les 16 et 17 juillet prochains, l’association organisera à Marcilhac-sur-Celé, en présence de Mgr Laurent Camiade, évêque de Cahors, un colloque sur ce thème : « Les églises, écoles de la foi ou chefs-d’œuvre en péril ? ». Le choix de cette abbaye n’est pas anodin puisque c’est grâce à la mobilisation de son curé, le P. Guillaume Soury-Lavergne et de la population que des travaux vont enfin être engagés pour rénover ce joyau de l’art roman.

Quant à la création contemporaine dans les églises, l’association entend l’encourager auprès des équipes locales, en favorisant le dialogue avec les artistes. Elle profitera notamment de la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) à l’automne pour proposer une exposition d’art sacré à Paris. Pour l’instant, L’Art sacré 2 ne dispose que de moyens modestes. Le député Philippe Lefebvre lui a donné une partie de sa réserve parlementaire.

La Mutuelle saint-Christophe serait prête aussi à jouer les mécènes. Elle cherche d’autres soutiens (1). « À terme, bien sûr, nous aimerions relancer aussi une revue », confie Mgr Bruguès.

Sabine Gignoux, le 15/03/2016

(1) S’adresser au R.P. Laurent Lemoine, couvent saint-jacques, 20 rue des tanneries, 75 013 Paris.

De 2009 à 2014, une autre revue Arts Sacrés lancée par le frère bénédictin, Philippe Markiewicz, avec le concours des éditions Faton, a publié une trentaine de numéros, faisant notamment dialoguer les arts sacrés de différentes religions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s